Partager

Les travaux de la 12e réunion du Comité de suivi de l’accord d’Alger (CSA) devraient débuter ce mercredi 19 octobre 2016 à Bamako. Cette réunion intervient alors que de fortes tensions persistent entre plusieurs mouvements de la CMA après l’adoption du décret portant nomination des membres des autorités intérimaires. Pour ce rendez-vous, la médiation internationale et les parties signataires veulent « aller vite et donner un nouvel élan au processus de cantonnement et de DDR ».

Pour cette 12e réunion du Comité de suivi de l’accord, deux points principaux sont inscrits à l’ordre du jour. D’abord la mise en place des autorités intérimaires dans les cinq régions du Nord. Le gouvernement a adopté la semaine dernière le décret portant nomination de ces autorités intérimaires. Mais ce décret suscite des divisions au sein de la CMA.

En effet, selon quatre mouvements de la Coordination des mouvements armés, « la liste envoyée au gouvernement n’a pas été une décision concertée ». Pour certains observateurs, les discussions sur cette question devraient être tendues au cours de cette réunion.

L’autre point inscrit à l’ordre du jour de ce Comité de suivi, c’est l’opérationnalisation des patrouilles mixtes. Les parties signataires et la médiation internationale s’accordent sur « la nécessité d’accélérer le processus de cantonnement et de désarmement des ex-combattants ». Mais les récents blocages intervenus dans le processus ont fortement impacté ce calendrier.

La réunion de Bamako fait également suite aux débats pour un compromis autour de Kidal après les tensions entre le HCUA et le Gatia. La précédente réunion s’était achevée sans véritablement trouver de solution à cette question.
La Coordination des mouvements de l’Azawad et la Mission des Nations unies ont salué des avancées dans l’application de l’accord de paix tout en exprimant l’espoir du redémarrage d’un processus en panne depuis de plusieurs mois.

Dans un communiqué la Minusma s’est félicitée, quant à elle, du déroulement lundi de la rentrée scolaire à Kidal, en présence du gouverneur désigné par l’Etat, une première en plus de deux ans. Pour les responsables de la mission onusienne, « la présence à Kidal du gouverneur et la prochaine mise en place des autorités intérimaires démontrent, sans aucun doute, la volonté des parties signataires d’aller de l’avant, dans la mise en œuvre de l’accord ».

Avec Tamani
 ———————————————

DÉFENSE AU MALI : Deux hélicoptères pour l’armée

Les forces militaires maliennes viennent de se doter de deux hélicoptères de transport. Le premier appareil livré de type Super Puma permettra d’assurer des rotations en période de guerre pour effectuer des transports logistiques et de troupe. Le deuxième hélicoptère devrait être disponible dans un délai de 2 mois.

SEGOU : Campagne pour l’envoi des filles à l’école

L’ONG GAAS a bouclé le 18 octobre 2016 une série de manifestations dans 4 villages de la Commune rurale de Pélengana. L’objectif de cette campagne était d’inciter les parents à envoyer leurs filles à l’école. Le programme a été financé par la Coopération suisse.

BOUREM ET YOROSSO : Journée du lavage des mains au savon

La journée du lavage des mains au savon a été célébrée le 18 octobre 2016 à Bourem et Yorosso. Elle vise à lutter contre les maladies diarrhéiques. A cette occasion, les autorités sanitaires ont distribué des kits de prévention aux femmes et aux enfants dans les différentes localités. Elles ont aussi insisté sur l’importance de cette pratique. Des animations populaires ont mis fin à cette opération de sensibilisation organisée par Save the Children.

TOMBOUCTOU : Journée d’échange sur la mise en place du contrôle citoyen

Une première journée d’échanges sur la mise en place du contrôle citoyen sur l’action publique s’est déroulée le 18 octobre 2016 à Tombouctou. Les régions de Tombouctou, Mopti et Sikasso sont concernées par ce programme. Cette rencontre, qui va durer trois jours, a pour objectif de promouvoir la bonne gouvernance. Ce programme est financé par la Coopération suisse et mis en œuvre par Oxfam.

GOUNDAM : Accident de la circulation

Un mort et 4 blessés dont 2 grièvement : c’est le bilan d’un accident de la circulation survenu hier entre Assobole et Meckoré dans le cercle de Goundam. Selon des témoins, l’accident est dû à la surcharge du véhicule. Les victimes ont été admises au centre de santé de Goundam.

SIKASSO : Formation des préfets et sous-préfets à la gestion transparente des élections

Former les préfets et sous-préfets à la gestion transparente des élections : c’est l’objectif d’un atelier qui a débuté ce jeudi 19 octobre 2016 à Sikasso. Organisé par le ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, il va durer 4 jours. Les participants viennent de Mopti et de Koulikoro.

ORIENTATIONS DU DEF 2016

 L’AEPAM souhaite que le ministre accorde une attention particulière aux écoles privées

Au cours d’une conférence de presse animée hier mercredi à la Maison de la presse, l’Association des écoles privées agrées au Mali(AEPAM) a demandé au ministre de l’Education nationale de revoir sa décision concernant les orientations des élèves admis au Diplôme d’études fondamentales session 2016.

La conférence a été animée par le secrétaire général de l’association, Abdoul Kassoum Touré assisté de quelques membres du bureau. Il s’agissait d’éclairer la lanterne des hommes de medias sur l’importance que jouent les écoles privées dans la formation des élèves, les difficultés auxquelles elles font face, et  la nécessité  de révision de la décision du ministre de l’Education nationale concernant les orientations des élèves admis au Diplôme d’études fondamentales session 2016.

Pour Abdoul Kassoum Touré, l’AEPAM est un partenaire sûr du ministère de l’Education  puisqu’elle aide l’Etat à former les admis du DEF, en investissant dans la construction des infrastructures et l’achat d’équipements, mais aussi et surtout la  création des emplois. Mais,  M Touré et ses camarades se disent surpris de « voir dans la décision d’orientation 2016 certains établissements publics débordés d’élèves alors que certains privés n’ont reçu aucun ».

Du coup, l’AEPAM veut que le ministre revoie cette décision en  reversant le surplus dans les établissements privés. Elle demande également la levée des mesures des mesures contraignantes dans les transferts pour permettre la mobilité des élèves. A en croire le secrétaire général de l’AEPAM, le ministre les a déjà tendu une oreille attentive, mais puisqu’il avait déjà programmé la conférence, donc il fallait la tenir.

Retenons que l’AEPAM a vu le jour en 1991 et se montre de plus en plus incontournable dans la gestion des orientations.

Cependant, la réalité  dans nombre dans les établissements privés est loin d’être luisante. En plus de ne pas répondre aux normes, et contrairement à ce qu’avance l’AEPAM, la quasi-totalité des promoteurs ne créent pas des emplois décents. Bien au contraire, ils exploitent leurs personnels et trouvent toujours de moyens d’échapper aux inspections de travail.

Zou

20 Octobre 2016