Partager

Environ 10.000 personnes ont manifesté dimanche à Rabat, au Maroc, à l’appel d’organisations islamistes, pour dénoncer la « répression de l’armée » égyptienne. La foule imposante, composée majoritairement d’hommes mais aussi de familles venues de tout le royaume, a défilé dans le calme pendant deux heures dans le centre de la capitale. « Morsi, Morsi! Allah akbar! », « nous demandons l’expulsion de l’ambassadeur d’Egypte au Maroc », ont notamment scandé les manifestants, sous l’œil des forces de l’ordre, qui ne sont pas intervenues. L’appel à une manifestation nationale avait été principalement lancé par la mouvance islamiste Justice et Bienfaisance (« Al Adl wal Ihsane »). Interdite mais tolérée au Maroc, cette formation, qui ne reconnaît pas au roi le statut de commandeur des croyants, prône l’instauration par la non-violence d’un Etat islamique. D’après le photographe de l’AFP, figuraient dans la foule des députés et sympathisants du Parti justice et développement (PJD), formation islamiste qualifiée de modérée qui dirige le gouvernement depuis début 2012. Des proches du Premier ministre Abdelilah Benkirane étaient aussi présents, selon la même source. Driss Leghroudi, un universitaire de 33 ans, a pour sa part affirmé à l’AFP avoir répondu à l’appel en tant que « simple citoyen, sans appartenance politique, (…) pour soutenir le peuple égyptien ». « Les militaires doivent retourner à leur mission, qui est de protéger le territoire national, au lieu de tuer la population », a-t-il clamé. AFP