Partager

thermometre.jpg

Il a failli de peu, de très peu, pour que l’avion commercial de la compagnie Air Madagascar ne se crashe sur l’aéroport de Sambava. Dimanche dernier, vers 09 heures, le boeing, après son survol à Tamatave, a connu un atterrissage difficile voire forcé. Il a fallu de nombreuses minutes et va-et-vient au niveau de la tour de contrôle avant qu’il ne se pose finalement sur la piste.

«A l’intérieur, l’on a cru que c’était la fin du monde. Tout le monde se précipitait au point où la panique devient généralisée. Surtout durant l’atterrissage qui est de plus acrobatique » raconte S., l’une des passagères.

Officiellement, l’incident, qui a failli coûter la vie des passagers est lié à la présence de mercure à bord. Ce qui aurait déréglé tout le mécanisme du pilotage au grand dam de l’équipage, tout en générant la peur bleue des passagers.

Une fois au sol, la brigade aéroportuaire procède à une fouille minutieuse pour essayer de savoir l’origine de l’incident.

Trafic illicite

Une option qui a bien porté ses fruits : un individu avait dans son bagage à main 1/4 de litre de mercure blanc. La bouteille dans laquelle il a mis le métal blanc, n’a pas tenu avec la pression. Le mercure est un produit à forte pression et contient des éléments radioactifs.
Une fois la bouteille cassée, le produit commença à perturber le poste de pilotage.

Auprès de la Gendarmerie de Sambava, la personne n’avait sur elle aucun document justifiant cette quantité de mercure. Elle a été ainsi taxé de « trafiquant illicite de produit minier prohibé ».

Une charge qui pourrait s’accroître au fur et à mesure de l’enquête judiciaire, à la mesure de son méfait qui aurait fait des morts et endommagé un appareil valant plusieurs milliards d’ariary.

Pour l’instant, du moins jusqu’à hier, Air Madagascar n’a porté encore aucune plainte à son encontre. Sa garde à vue expire ce jour.

A cet effet, il sera probablement présenté au Parquet ce matin, à condition évidemment qu’il y ait une prolongation de sa détention préventive pour un besoin de l’enquête.

A suivre…

Madagascar … Source : Midi Madagasikara

blogs-afrique.info/faits-divers du 13 mars 2008.