A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Mode : Voyage dans les vestiaires de nos créatrices maliennes
#BLOG4DEV : Un concours de la Banque mondiale pour les blogueurs
7e Édition du carrefour de la mode : Ouverture officielle
Les teinturières écolos en difficulté
Retour des enseignants à Kidal : Les six (6) conditions préalables du collectif des syndicats
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Cooperative LOLO GNEDOUMAN : un centre en voie de disparution

On le sait tous, la teinture est un poison ambiant pour l’environnement. Pourtant, on continue à le faire...

Lire

16-11-2018

Les teinturières écolos en difficulté

 

Retour des enseignants à Kidal : Les six (6) conditions préalables du collectif des syndicats

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Integration regionale : Le Mali évalué par des experts de l’Uémoa
#BLOG4DEV : Un concours de la Banque mondiale pour les blogueurs
Le temps des reformes : Une initiative à saluer, bien qu’insuffisante
Situation du pays
Dialogue social : Les vérités du Premier Ministre Soumeylou Boubèye Maïga
Mali : Trois civils tués dans une attaque suicide contre un sous-traitant de l’ONU
PRIS EN OTAGE PAR LE GROUPE JIHADISTE JNIM : L’état de santé de Sophie Pétronin se dégrade
RD CONGO
Offensive anti-rebelles en RDC : poursuite des combats après la mort de Casques bleus

Des violents combats se poursuivaient vendredi dans la région de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, où huit Casques bleus ont perdu la vie dans le cadre d’une opération avec l’armée congolaise menée depuis le début de la semaine contre une rébellion, selon un porte-parole militaire. "Les combats se poursuivent dans le Mayangose, où nous continuons à pilonner les positions des ADF", les Forces démocratiques alliées, un groupe de rebelles musulmans de l’Ouganda voisin, a déclaré à l’AFP le capitaine Mak Hazukay, porte-parole de l’armée dans la région de Beni, province du Nord-Kivu. Une "interdiction formelle de fréquenter Mayangose et la rive gauche de Nyaleke (route Beni-Kasindi)" est adressée aux civils, a ajouté l’officier. Mayangose est un quartier périphérique de Beni, ville d’environ 300.000 habitants. Des fortes détonations étaient entendues vendredi matin à Beni, selon des témoignages recueillis par l’AFP. Un peu plus loin, à Mambaniké (à environ 30 km au nord de Beni), les rebelles des ADF "ont fait incursion hier (jeudi) vers 19h00 et ont tué cinq civils par balle et brûlé 8 maisons", a rapporté à l’AFP Noëlla Muliwavyo, présidente de la société civile locale. "L’armée est arrivée sur place dans la nuit", a-t-elle ajouté. Selon l’ONU, huit Casques bleus (sept Malawites et un Tanzanien) ont été tués, 10 autres blessés et un autre porté disparu dans le cadre de l’opération militaire en cours. Ces soldats ont été tués mercredi lors des combats contre des ADF, qui sévissent dans la région de Beni et des environs. "Au moins 12 membres des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC)" ont également été tués, selon l’ONU. La mission de maintien de la paix de l’ONU, la Monusco, compte environ 17.000 personnes. Les ADF sont des rebelles musulmans opposés au président ougandais Yoweri Museveni et qui sont présents sur le territoire congolais depuis 1995. Depuis fin 2014, ces rebelles sont tenus responsables du massacres de plusieurs centaines de civils et de 15 Casques bleus tanzaniens en décembre 2017 dans la région de Beni.AFP

Afrique du Sud
Des clubs de codage branchent les jeunes des townships sur l’avenir

Mercredi 14H00 pile : dans le township densément peuplé d’Ivory Park, aux abords de la ville sud-africaine de Midrand, c’est l’heure, pour une soixantaine d’écoliers de onze ans, de s’affronter dans leur club local de codage informatique. Armées de blocs de codage basiques, de kits pour inventeurs, d’ordinateurs portables et d’une imagination sans limite, six équipes formées d’élèves du primaire sont en compétition. Les enfants utilisent des tableaux électroniques pour fabriquer des circuits et des prototypes, s’efforçant de concevoir des solutions technologiques pour résoudre des problèmes qu’ils ont identifiés dans leur communauté. "Nous fabriquons une couveuse qui aide les enfants prématurés et ceux qui sont malades", explique à l’AFP Sifiso Ngobeni, un élève de l’école primaire Mikateka, à la périphérie de Johannesburg. Ses rivaux de l’école primaire Sedi-laka se sont quant à eux attaqués au fléau des enfants disparus. "Aux infos, on entend toujours parler de la disparition d’enfants. Donc nous fabriquons un appareil de pistage des enfants qui peut être placé dans les vêtements et les jouets des enfants", explique l’un d’entre eux. Le codage est l’ensemble des instructions qu’un robot ou un programme d’ordinateur lit puis exécute. Dans les clubs de codage, les élèves apprennent à concevoir ces codes. Bien que les Sud-Africains aient de plus en plus accès à l’éducation depuis la fin de l’apartheid, le système éducatif n’est souvent pas à la hauteur. "Le fait que 80% des enseignants utilisent toujours de la craie et un tableau noir de nos jours est une cause de grande inquiétude", estime Hendrick Makaneta, qui milite pour une meilleure éducation. "Il n’est pas bon qu’une classe de 2018 soit exactement comme une classe de 1918." - Des jeux à l’emploi ? - Des études, y compris l’étude internationale Trends in International Maths and Science Study (TIMSS), qui mesure les performances en mathématiques et en science dans le monde, montrent que l’école publique sud-africaine est à la traîne - particulièrement dans ces deux disciplines... AFP

RD CONGO
Sept Casques bleus tués dans l’offensive contre les rebelles ADF en RDC

Sept Casques bleus ont été tués et 10 blessés dans l’est de la République démocratique du Congo où ils participaient à une offensive conjointe avec l’armée congolaise contre des rebelles ADF qui sèment la terreur parmi la population. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a condamné, dans un communiqué, "l’assassinat de six Casques bleus malawites et un Casque bleu tanzanien de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO)". Auparavant, l’armée du Malawi avait fait état de la mort de quatre de ses soldats. Les forces de sécurité du Malawi "ont perdu des soldats courageux, travailleurs et disciplinés qui étaient toujours prêts à servir pour s’assurer que la paix prévale dans leur pays et à l’étranger", déclarait un communiqué de l’armée. "Les informations initiales indiquent que 10 Casques bleus supplémentaires ont été blessés et un autre est porté disparu", a rapporté Stéphane Dujarric, porte-parole de l’ONU, ajoutant que plusieurs militaires congolais avaient également été tués ou touchés pendant les opérations. Le porte-parole a refusé de donner davantage de détails sur l’opération conjointe, liant tout de même cette offensive à la lutte contre le retour du virus Ebola dans la région. "Comme vous le savez, il y a une épidémie d’Ebola dans cette zone et l’insécurité est un obstacle à la réponse à cette épidémie", a-t-il estimé. Plus tôt jeudi, le numéro 2 de la force de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco), le général Bernard Commins, avait annoncé que plusieurs militaires congolais et des Casques bleus avaient été blessés pendant cette offensive. Il s’était refusé à préciser s’il y avait des morts dans le cadre de cette opération militaire lancée mardi contre les ADF, un groupe de rebelles musulmans de l’Ouganda voisin. - ’Défis majeurs’ - Interrogées par l’AFP, les autorités congolaises n’ont pas voulu communiquer sur le déroulement des violents combats encore en cours. Les ADF sont historiquement un groupe de rebelles musulmans de l’Ouganda voisin qui s’est replié à la fin des années 90 dans l’est de la RDC pour poursuivre son combat contre le président Yoweri Museveni... AFP

MAROC
Macron et le roi Mohammed VI inaugurent la première ligne à grande vitesse marocaine

Le président français Emmanuel Macron et le roi Mohammed VI ont inauguré jeudi la ligne à grande vitesse Tanger-Casablanca, présentée comme "la plus rapide d’Afrique" et un symbole de la "profondeur" du partenariat entre Paris et Rabat. La nouvelle ligne LGV qui, selon les informations obtenues par l’AFP, devrait être ouverte aux voyageurs d’ici la fin du mois, court de Tanger à Casablanca sur 350 km, dont 180 à 320 km/h, reliant les deux pôles économiques en 2h10 au lieu de 4h45 actuellement. Les deux chefs d’Etat n’ont fait aucune déclaration officielle mais ont affiché leur proximité pendant les cérémonies d’inauguration. Ils ont partagé un déjeuner de travail à bord du train flambant neuf, après leur départ de l’immense gare rénovée de Tanger, grand hub maritime entre Afrique et Europe. Le convoi, surveillé par un important dispositif de sécurité —comme pour tous les déplacements royaux—, est arrivé 1h10 plus tard à la nouvelle gare Rabat-Agdal, légèrement en avance sur l’horaire prévu. Le lancement du premier TGV marocain, baptisé "Al Boraq" en référence à une fantastique monture ailée de la tradition islamique, a perturbé la circulation des trains sur le réseau classique, selon des informations publiées par la presse locale et sur les réseaux sociaux, en l’absence de toute communication officielle. Emmanuel Macron devait quitter le royaume en fin de journée au terme de cette courte visite qui, selon l’agence officielle MAP, "reflète la profondeur des relations bilatérales fondées sur un partenariat solide et fort". Le lancement de la LGV est vue côté français comme une occasion de mettre en valeur le savoir-faire des entreprises. Pour le Maroc, qui veut se positionner comme un "hub africain", ce grand projet ouvre "la voie de la modernité, du développement et du progrès technologique", selon la MAP. Un total de 70 milliards de dirhams (environ 6,5 mds EUR), dont le tiers pour la seule LVG, ont été investis ces dernières années pour la modernisation du réseau ferroviaire marocain, selon les chiffres officiels. - "Réseau du XXIe siècle" - .... AFP

 

Culture : L’art artistique et son évolution
De tous les temps et dans toutes les ethnies de notre société, il y a la création artistique qui joue pour chacun de nos événements. De la naissance jusqu'à la mort, ce sont des éléments qui appellent à des créations artistiques. A la naissance, on chante le nouveau bébé et danse le nouveau bébé, ne serait-ce qu'au moment du baptême, les maîtres de la parole seront là pour magnifier les (...)
 

campagne nationale de lutte contre les mutilations génitales féminines : Plaidoyer pour l’abandon du couteau
Le ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, Pr. Samba Ousmane Sow, a lancé lundi 12 novembre une campagne nationale de lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF). Initiée par Plan International, Global Media Campaign, la campagne nationale de lutte contre les mutilations génitales féminines est un programme de communication auprès des communautés pour l'abandon de (...)
 

© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés