Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Mission de maintien de la paix : Bientôt des soldats canadiens et des avions de combat au Mali

Le Canada a « notifié » officiellement vendredi aux Nations unies son « intérêt » à participer à la mission de maintien de la paix au Mali, et enverra des troupes et des hélicoptères dans ce pays d’ici l’automne, a indiqué une source gouvernementale. Les détails sur les effectifs envoyés par le Canada, dont ce sera la première mission militaire en Afrique depuis le Rwanda (1994), seront donnés par le ministre de la Défense lundi, a ajouté cette source, sous couvert de l’anonymat.

Le Premier ministre Justin Trudeau s’est entretenu vendredi du sujet avec la chancelière allemande, Angela Merkel, et le premier ministre hollandais, Mark Rutte, dont les armées participent à la force de l’ONU de maintien de la paix au Mali, la Minusma. « D’autres alliés » seront consultés « dans les jours à venir ». « Le Mali est un endroit important où l’on collabore depuis longtemps », a expliqué ce responsable canadien, soulignant que « tout le monde a intérêt à participer à renforcer la sécurité dans le Sahel ».L’armée canadienne enverra des soldats, des policiers et des hélicoptères sous commandement de la Minusma « autour de l’été ou de l’automne », a poursuivi cette source officielle. Elle agira dans un rôle « de soutien logistique et d’assistance », de manière « temporaire », avec l’intention d’être relevée après 12 mois. « Plus de femmes, de soldats et de policières, vont être déployées », conformément à la politique du gouvernement libéral de M. Trudeau. « Les études montrent que les missions avec plus de femmes sont plus efficaces », a noté cette source. Le retour des Casques bleus en Afrique répond à un engagement de campagne de Justin Trudeau qui s’était fait élire en octobre 2015, avec la promesse notamment de réengager le Canada dans les missions de paix des Nations Unies.

A ajouter qu’au niveau du Gouvernement, l’on s’active pour le retour de la paix. En effet, le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, dans sa volonté d’aller vers un développement global, qui nécessite l’instauration de la sécurité à tous les niveaux, s’est résolument engagé dans le processus de réforme du secteur de la sécurité. Aussi, dès les premiers mois de sa prise de fonction, a-t-il instruit le gouvernement de mener des réflexions dans ce sens. C’est ainsi qu’un Groupe Pluridisciplinaire de Réflexion sur la Réforme du Secteur de la Sécurité (GPRSS) a été mis en place par l’Arrêté n° 4444/MS-SG du 22 novembre 2013 du Ministre de la Sécurité, qui en a lancé les travaux le 30 décembre 2013. A cela, s’ajoute également la Loi d’Orientation et de Programmation militaire dotée d’un budget conséquent pour reformer notre armée nationale.

La Rédaction avec l’AFP

Le Matinal du 20 Mars 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés