Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
Reprise du procès du putsch manqué : Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ?

Ouvert le 27 février dernier à Ouagadougou, le procès du putsch manqué de septembre 2015 contre les autorités de la Transition a été suspendu. Les avocats de la défense avaient soulevé des questions de forme qui avaient obligé le président du tribunal à revoir sa copie. Je ne suis pas un juriste. Je ne connais rien d’ailleurs en matière de droit. Mais, de ce que j’apprends, les avocats de la défense sont dans leur rôle. S’il y a des anomalies dans la procédure, c’est à eux de les relever afin de permettre que le droit soit dit dans les règles de l’art.

D’aucuns diront qu’ils font dans le dilatoire. Mais moi, je ne m’inscris pas dans cette logique. Je pense pour ma part, qu’ils font plutôt leur travail. Car, c’est aussi cela le rôle de l’avocat : tailler des croupières au juge dans le souci de tirer d’affaire le prévenu. C’est pourquoi d’ailleurs moi, je rends hommage à tous les avocats, qu’ils soient de la défense ou de la partie civile. Car, c’est le plus souvent grâce à eux que les droits de certains accusés ne sont pas brimés. Leur présence dans le prétoire aux côtés des prévenus, rassure à tout point de vue. Peut-être que si je n’étais pas devenu ce que je suis aujourd’hui, c’est-à-dire fou, abandonné à moi-même sans le moindre sou, j’allais faire des études de droit pour devenir avocat. Mais hélas, c’est pratiquement impossible maintenant. Cela dit, pour revenir sur le procès du putsch, j’ai appris par voie de presse qu’il reprendra le 21 mars prochain, soit dans quelques jours seulement.

Que les juges ne donnent pas l’impression de prêter le flanc

Mon souhait est que cette fois-ci soit la bonne, pour que les 84 accusés puissent défiler l’un après l’autre à la barre. J’espère que toutes les difficultés ont été aplanies et que l’on ne se retrouvera pas face à un nouveau « faux départ ». Je le dis parce que souvent, je perds mon latin quand je regarde faire les acteurs du monde judiciaire. Car, j’ai parfois l’impression que certaines erreurs sont faites à dessein. Sinon, j’ai du mal à comprendre qu’un juge, de surcroît très expérimenté, qui sait que l’ouverture du procès doit intervenir au plus tôt huit jours après la publication de tel décret ou arrêté (je ne sais même plus le terme qui convient ici) dans le Journal officiel, décide de faire autrement. Fallait-il que les avocats le lui disent pour qu’il s’en rende compte ? C’est la question que je me pose sans trouver de réponse.

Toujours est-il que si suspension ou report du procès il y a encore, je ne veux plus que ce soit pour des motifs farfelus. Vous l’aurez bien compris. Je sais qu’un procès de cette envergure ne peut pas se dérouler comme un fleuve tranquille. Mais que les juges ne donnent pas non plus l’impression de prêter le flanc. Ce n’est même pas bon pour leur crédibilité. Allons donc, vite et bien ! Car, il faut le dire, les victimes, les accusés et leurs parents sont fatigués d’attendre. Ils veulent enfin être situés, et ce, après deux ans d’angoisses. Moi-même, j’ai hâte de connaître la vérité sur ce qui s’est passé réellement le 16 septembre 2015. Qui a fait quoi, qui a dit quoi, qui a commandité quoi et pourquoi ? Autant de questions que bien des compatriotes se posent comme moi.

« Le Fou »

Lepays.bf du 16 Mars 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés