Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Inter de Bamako
Interview exclusive :du capitaine Amadou Sanogo, président du CNRDR :“ J’ai accepté tout le monde, j’écoute tout le monde et j’ai donné l’opportunité à tout le monde de me faire des propositions”

Dans une interview qu’il nous a accordée le dimanche dernier, dans le salon du commandant militaire de la zone no 3 de défense à Kati, transformé en QG du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat, l’homme fort du pays, le capitaine Amadou Haya Sanogo, se dit satisfait de l’adhésion des Maliens à leur cause, parle de la nomination d’un Premier ministre dans un bref délai et de la formation d’un gouvernement de technocrates et invite la communauté internationale à soutenir leur action.

L’Inter de Bamako : Quatre jours après le coup d’Etat, quel sentiment vous anime ?

Capitaine Amadou H. Sanogo : Le sentiment qui m’amine est immense. Sauf quelqu’un d’autre peut avoir une vision contraire, mais je crois que ce que j’ai posé comme acte a été majoritairement salué. Je reconnais que l’adhésion à 100% n’existe pas, néanmoins chacun à de degrés différents me soutient. Je suis satisfait moralement.

L’Inter de Bamako : Monsieur le président, on sait que la première motivation du coup d’Etat, est la situation dans le Nord. Quelle est la situation dans le Nord, quatre jours après votre arrivée au pouvoir ?

Capitaine Amadou H. Sanogo : Tout d’abord, je tiens à rectifier. La raison primaire n’est pas le Nord, mais c’est une des raisons prioritaires. La situation de façon générale est calme, car nos camarades sur le terrain tiennent bon.

Je profite de cet entretien pour demander à nos frères du Nord que, quelque soit leur appartenance, nos forces de sécurité ne souhaitent pas des affrontements armés.

Mais par contre, nous tenons à affirmer que notre rôle aussi est de défendre l’intégrité territoriale. Nous disons aux rebelles qu’ils se battaient pour une cause avec un autre régime, mais les choses ont changé. Ils peuvent avoir l’occasion de venir s’ils le souhaitent à la table de négociation pour qu’ensemble, on trouve des solutions adéquates.

L’Inter de Bamako : Vous avez parlé de la mise en place d’un gouvernement d’union nationale, où est- ce vous en êtes ?

Capitaine Amadou H. Sanogo : Dans l’état actuel du Mali, je voudrai mettre en place un gouvernement qui va concerner toutes les couches. Depuis que je suis là, j’ai accepté tout le monde, j’écoute tout le monde et j’ai donné l’opportunité à tout le monde de me faire des propositions. Dans un bref délai, je nommerai un Premier ministre qui répondra aux aspirations des Maliens et respectable vis-à-vis de l’opinion sous régionale et internationale pour conduire les destinées de notre pays. Ce gouvernement sera constitué de technocrates compétents.

L’Inter de Bamako : Quel commentaire faites-vous des différentes condamnations, notamment celle de la CEDEAO et de l’Union africaine

Capitaine Amadou H. Sanogo : Vous savez, ce sont des organisations bien structurées avec des objectifs bien précis dont le Mali est membre. Donc, il va de soit, qu’elles condamnent le coup d’Etat conformément à leur charte. Mais qu’à cela ne tienne, je profite de votre tribune pour les inviter à accepter nos émissaires, les écouter afin de comprendre que notre cause est juste et noble.

Réalisée par Yoro SOW

27 Mars 2012

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2014 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés