Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Les Echos
Refoulés d’Afrique centrale au Mali : la police arrête des militants de l’Aracem

Une descente de la police dans les logements privés des militants de l’Association des refoulés de l’Afrique centrale au Mali (ARACEM) s’est soldée par l’arrestation de certains militants.

Unique association de défense des droits des refoulés de l’Afrique centrale au Mali, l’Aracem, selon le Mouvement des sans voix, est aujourd’hui victime de harcèlement des autorités maliennes.

Le Mouvement des sans voix, dirigé par Tahirou Bah, s’insurge contre la descente des éléments de la police malienne qui ont effectué mardi 9 septembre dans les logements privés des militants de l’Aracem (Association des refoulés de l’Afrique centrale au Mali).

Les motifs de la descente, à en croire le Mouvement, c’est que l’Aracem se bat non seulement contre les refoulements massifs suivis de violations graves de droits de l’Homme par la police des régimes des pays dits « tampon », « mais aussi contre des politiques migratoires haineuses de l’UE soutenues par l’Etat malien avec zèle ».

Selon le Mouvement, cette descente et l’arrestation des leaders et militants de l’Aracem démontrent « le caractère raciste et policier de l’Etat malien ». A en croire le Mouvement des sans voix, cette descente et arrestation des militants de l’Aracem n’est que la face visible de l’iceberg.
Et pour cause : « tout récemment, son président, Roméo Boukari s’est vu refuser son visa d’entrée en Espagne. Ce refus est suivi aujourd’hui une semaine après, de cette descente qui nous montre que l’UE et les autorités racistes du Mali sont de mèche pour barrer la route aux militants de l’Aracem et à ses leaders de porter leur voix au niveau international et les réduire au néant à l’intérieur du Mali ».

« Le Mouvement des sans voix, dénonce sans réserve ce duo UE-Mali et cet acharnement contre l’Aracem ». Heureusement que les interpellés ont recouvré la liberté mardi en fin d’après-midi. Ce qui n’atténue en rien la gravité de l’affaire.

Amadou Sidibé

11 septembre 2008

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés