A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Commandement du G5 Sahel : Limogeage confirmé pour Didier Dacko
Présidentielle du 29 juillet : Choguel démonte IBK
En un mot : Pourquoi Sanogo et Co. n’ont pas été libérés mardi…
Front social : Les agents de la santé menacent d’aller en grève
Lutte contre la corruption : L’Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite outille les journalistes
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Le front social : Sous tension à quelques jours du scrutin

Pour preuve, la plateforme des syndicats de la santé du Mali (PLA.S.S.MA) a adressé au ministre du Travail, de la Fonction publique et des Relations avec les institutions, un préavis de grève de 360 heures, soit 15 jours à partir du 26 Juillet 2018 à 00heure.

Lire

16-07-2018

Front social : Les agents de la santé menacent d’aller en grève

 

Présidentielle du 29 Juillet : Cécile Kyenge s’est déclarée soucieuse de la distribution des cartes d’électeurs et de la sécurité du scrutin.

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Élection présidentielle du 29 juillet : Plus de 80 observateurs de l’UE seront déployés sur le terrain le jour du scrutin
Commandement du G5 Sahel : Limogeage confirmé pour Didier Dacko
GAO : La ville paralysée à cause d’une grève des commerçants
Situation du pays
Présidentielle : Les attaques terroristes détournent l’attention des populations du centre du Mali
Cercle de NARA : Les animaux meurent de faim
Attaque du village de banagakou : La cité des enseignants et l’école fondamentale incendiées
CAMEROUN
Paul Biya, 85 ans, vieux président d’un Cameroun jeune

Le président Paul Biya, 85 ans, est candidat à un 7e mandat à la tête du Cameroun qu’il contrôle presque seul, pays dont l’écrasante majorité de la population a moins de 25 ans et où les régions anglophones sont en proie à un conflit armé. Les dernières statistiques disponibles de 2014, montrent que 75% de la population camerounaise a moins de 25 ans et n’a donc connu que Paul Biya comme président, fonction qu’il occupe depuis 1982. Ses opposants, dont Joshua Osih, candidat déjà déclaré du Social Democratic Front (SDF, anglophone, principal parti d’opposition) l’accusent d’être responsable du "chaos" dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Les combats sont devenus presque quotidiens entre l’armée et les séparatistes armés de ces régions où les exactions commises de part et d’autre ont entraîné le déplacement de près de 200.000 personnes fuyant les violences. Pourtant, en dépit de ce contexte délicat, qui aurait pu être fatal à d’autres, Paul Biya réussit à se maintenir au pouvoir sans être véritablement inquiété. Il a verrouillé l’accès aux postes et institutions clés, jusqu’à la récente création du Conseil constitutionnel composé de onze membres, en large majorité issus du parti présidentiel, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). C’est ce Conseil qui validera les résultats de la présidentielle du 7 octobre.AFP

TCHAD
Recensement des effectifs de la police

L’Etat tchadien a lancé jeudi un recensement physique des effectifs de la police pour "constater ceux qui ne viennent pas au travail" et "maîtriser la masse salariale", a déclaré vendredi à l’AFP le porte-parole de la police Paul Manga. Chaque policier devra présenter "l’arrêté d’intégration, l’arrêté d’avancement et (celui de) la titularisation", a-t-il précisé, soulignant que "c’est un contrôle de routine qu’initie chaque année l’Inspection générale d’État". Confronté à une profonde crise économique depuis la chute du cours du baril en 2014, N’Djamena doit réduire la masse salariale à la charge de l’Etat dans le cadre du programme avec le Fonds monétaire international (FMI). Comme d’autres pays d’Afrique centrale, le Tchad a reçu une facilité de crédit du FMI, de 312,1 millions de dollars sur trois ans. Cet objectif de réduction de la masse salariale a soulevé de nombreuses grèves depuis le début de l’année. En janvier, le gouvernement avait réduit de 50% les primes et indemnités des fonctionnaires – déjà réduites de 50% en 2016. Cette mesure d’austérité avait entraîné pendant deux mois une forte grogne sociale. Parvenus à un accord avec le gouvernement, les syndicats des services publics ont de nouveau appelé à la grève illimitée fin mai. Celle-ci est toujours en vigueur. Le Tchad, pays de près de 15 millions d’habitants, compte environ 92.000 fonctionnaires civils.AFP

LIBYE
Réouverture des terminaux pétroliers dans l’est

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC), reconnue par la communauté internationale, a annoncé mercredi avoir repris la gestion des terminaux pétroliers dans l’est du pays ainsi que les exportations. Le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est libyen, a rendu les terminaux pétroliers à la NOC basée à Tripoli, deux semaines après sa décision controversée de les remettre aux autorités parallèles de l’est, qui avait provoqué la suspension des exportations, selon la compagnie. "La NOC annonce la levée de l’état de force majeure dans les ports de Ras Lanouf, al-Sedra, al-Hariga et Zouetina après la remise des installations à la compagnie ce matin 11 juillet 2018. Les opérations de production et d’exportation reprendront à leurs niveaux normaux dans les prochaines heures", a précisé la compagnie dans un communiqué. Invoqué dans des circonstances exceptionnelles, l’état de "force majeure" permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole. Après les terminaux d’al-Sedra et Ras Lanouf, pour lesquels les exportations sont gelées depuis le 14 juin en raison de violences, la NOC avait arrêté également ses opérations dans Zoueitina et al-Hariga. Le maréchal Haftar avait annoncé fin juin qu’il livrait la gestion des installations pétrolières sous son contrôle aux autorités parallèles.AFP

ZIMBABWE
L’opposition manifeste au Zimbabwe, craignant des fraudes électorales

Des milliers de partisans de l’opposition ont manifesté mercredi dans les rues de Harare pour exiger que les élections prévues le 30 juillet, les premières de l’après Mugabe au Zimbabwe, soient libres et honnêtes, craignant que des irrégularités aient été commises dans l’établissement des listes électorales ; La question des listes électorales est depuis longtemps un sujet de contentieux au Zimbabwe où elles sont accusées d’avoir été au coeur de fraudes qui ont entaché des scrutins dans le passé. Un nouveau fichier électoral a été dressé pour les élections présidentielle et législatives de la fin du mois mais le principal parti de l’opposition, le Mouvement pour un changement démocratique (MDC), affirme qu’il présente des défauts et exige la transparence dans l’impression des bulletins de vote. Le président Emmerson Mnangagwa, qui a succédé à Robert Mugabe en novembre à la chute de l’ancien dirigeant, a promis des élections libres, honnêtes et crédibles le 30 juillet. Mais l’opposition a dit craindre que le scrutin soit faussé et a averti qu’elle n’y participerait pas s’il s’avérait truqué. Mercredi, des milliers de partisans du MDC portant les couleurs du parti et des T-shirts à l’effigie de son chef, Nelson Chamisa, ont commencé par danser avant d’entamer une marche vers la commission électorale à qui M. Chamisa a remis une pétition.AFP

 

CMOAM : Bientôt des olympiades nationales des arts et métiers au Mali
Les olympiades nationales des arts et métiers, un événement national de promotion et de valorisation des métiers de l'artisanat et de reconnaissance nationale des compétences et des talents au Mali. C'est fort de ce constat que le comité malien des olympiades des arts et métiers a tenu une conférence de presse ce jeudi 31 mai au siège de l'Apcmm pour évoquer l'organisation de la 1ère édition (...)
 

Santé publique : Le projet CURE donors et volonteers appui des structures sanitaires
Pour l'accès équitable aux soins de santé, le projet CURE donors et volonteers a procédé jeudi 12 juillet, à la remise de dons de matériels médicaux consommables et des équipements durables, à l'Association de santé communautaire de Torokorobougou, en Commune V. D'autres CSCOM et l'hôpital Gabriel Touré ont reçu le même appui du projet. Trousses de suture Gowns Gants Scalpels, lits (...)
 

© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés