A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Pour escroquerie : Ibrahim Ganda Maïga dans les filets des services d’investigation judiciaire du camp 1
Ruée des aide-ménagères vers les zones d’orpaillage : Un vrai casse-tête pour les femmes à Bamako
Nord-est du Mali : Plusieurs hommes de mains d’Iyad Ag Ghaly tués
Douentza : un homme de 40 ans tué par des individus armés non identifiés à Boni
Front social : Après les enseignants, les médecins réclament un statut particulier
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Statut particulier : Les médecins réclament le leur

L’Espace Maeva Palace de Bamako a servi de cadre le lundi 19 février 2018 à la tenue de la cérémonie d’ouverture de la 6ème édition de la semaine du médecin organisée par le Conseil national de l’ordre des Médecins du Mali.

Lire

21-02-2018

Front social : Après les enseignants, les médecins réclament un statut particulier

 

Nord-est du Mali : Plusieurs hommes de mains d’Iyad Ag Ghaly tués

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Lutte contre le terrorisme : La Coordination des Journalistes du G5 Sahel voit le jour
Présidentielle 2018 : La Misahel pour le respect du délai constitutionnel
Programmes d’urgences : IBK offre un hôpital à la population de Koutiala
Situation du pays
Douentza : un homme de 40 ans tué par des individus armés non identifiés à Boni
Modernisation de l’administration : L’AGETIC donne l’exemple
GAO : La gendarmerie arrête plusieurs personnes accusées de trafic humain
LIBYE
Près de 450 migrants secourus au large des côtes

Près de 450 migrants ont été secourus lundi par les gardes-côtes libyens dans deux opérations distinctes alors qu’ils dérivaient au large des côtes ouest, a annoncé mardi la marine libyenne. Après avoir été alertées, des patrouilles des gardes côtes libyens, épaulées par un bateau de pêche, ont secouru lundi "324 migrants clandestins, parmi lesquels 35 femmes et 16 enfants", selon un communiqué de la marine libyenne. "Il se trouvaient à bord de deux bateaux pneumatiques dont les moteurs étaient tombés en panne", a-t-elle précisé. Parmi eux se trouvaient notamment des citoyens tchadiens, nigérians, maliens, libyens et ivoiriens. L’opération de sauvetage s’est déroulée à environ 13 km au nord de Zouara, une ville côtière proche de la frontière avec la Tunisie et située à 100 kilomètres à l’ouest de la capitale Tripoli. Dans une autre opération, 117 migrants, dont cinq femmes et deux bébés, ont été secourus au large de la ville de Zawiya (45 km à l’ouest de Tripoli), et ramenés vers la capitale, a indiqué à l’AFP le docteur Abdelaziz al-Misrati, médecin membre de l’organisation d’aide humanitaire International Medical Corps (IMC). Aucun détail n’a été donné sur le point de départ des embarcations mais les passeurs organisent généralement les départs depuis l’ouest de la Libye, à destination de l’Italie située à seulement 300 km.AFP

SOUDAN
Au Sud : La libération de deux pilotes kényans détenus par la rébellion

Deux pilotes kényans, détenus depuis plus d’un mois par des rebelles sud-soudanais, ont été libérés lundi, a-t-on appris mardi auprès du porte-parole adjoint de la rébellion. Les deux hommes avaient été emprisonnés à la suite d’un atterrissage d’urgence qui avait coûté la vie à un homme vers la mi-janvier dans la région d’Akobo, aux mains des rebelles et située dans l’est du Soudan du Sud, proche de la frontière éthiopienne. Les pilotes ont été remis lundi après-midi à des responsables kényans, qui ont payé 107.743 dollars (86.819 euros) en dédommagement du préjudice causé, a affirmé à l’AFP Lam Paul Gabriel, le porte-parole adjoint des forces rebelles sud-soudanaises. Cette somme a été payée pour compenser "la perte d’une vie humaine, les biens détruits, des maisons, deux enclos à bétail qui ont été détruits", a expliqué M. Gabriel. Le quotidien kényan The Daily Nation a affirmé que l’argent avait été versé par la compagnie aérienne et son assureur. Un responsable du ministère des Affaires étrangères a confirmé à l’AFP la libération des deux pilotes, mais nié tout versement d’argent. "Les pilotes ont été libérés hier (lundi) et ils arriveront au Kenya aujourd’hui à l’heure du déjeuner", a-t-il déclaré, sous couvert de l’anonymat. Mais le gouvernement kényan a pour politique officielle de ne jamais payer de rançon et n’admettrait donc pas publiquement l’avoir fait même si c’était le cas.AFP

NIGERIA
L’épouse du leader biafrais demande que sa recherche devienne une "priorité"

Retrouver Nnamdi Kanu, chef de file du mouvement indépendantiste igbo pour le Biafra, disparu depuis plus de six mois, doit devenir la "priorité numéro 1" des autorités nigérianes, au risque d’un boycott massif lors des prochaines élections, a déclaré son épouse lundi dans une interview. "Où est-il ? Rendez-le moi, ou au moins, dites-moi où il se trouve", a demandé Uchechi Kanu lundi sur les ondes de la BBC. "Il faut que vous fassiez quelque chose, au moins avant les élections générales (de février 2019) ou sinon, nous n’irons pas voter", a menacé Mme Kanu, dont l’époux a une très forte influence sur la communauté igbo dans le sud-est du Nigeria. Dans une interview parallèle diffusé sur le service de la BBC en langue igbo, Mme Kanu a assuré qu’elle n’avait aucune nouvelle de son mari depuis le mois de septembre, lorsque des forces militaires ont envahi leur résidence d’Umuahia, selon les membres de son mouvement, l’Ipob (mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra). "Je ne sais pas où est mon mari, je ne sais pas s’il est vivant ou mort, je ne sais rien", a-t-elle souligné. Les autorités nigérianes n’ont jamais reconnu détenir le leader indépendantiste, poursuivi pour trahison et atteinte à la sécurité de l’Etat depuis 2015, mais qui avait été libéré l’année dernière dans l’attente de son procès.AFP

CAMEROUN
Cinq choses à savoir sur la crise anglophone

La crise anglophone qui agite actuellement le Cameroun tire son origine de l’histoire politique mouvementée de ce pays d’Afrique centrale, ancienne colonie allemande divisée après la Première guerre mondiale entre Français et Britanniques Legs de 14-18 . Après la défaite de l’Allemagne en 1918, la Société des Nations (SDN, ancêtre de l’ONU) confie les quatre cinquièmes du Kamerun à la tutelle de la France, le reste - la partie occidentale bordant le Nigeria - à la Grande-Bretagne. Le 1er janvier 1960, le Cameroun devient indépendant. Un an plus tard, une partie du Cameroun sous tutelle britannique - le Nord majoritairement musulman - se prononce pour son rattachement au Nigeria. L’autre partie - Southern Cameroon - opte pour son rattachement au Cameroun francophone. Les deux entités forment une République fédérale à partir du 1er octobre 1961. En 1972, un référendum met fin au fédéralisme. Les deux Etats fédérés disparaissent pour faire place à un seul Etat, avec une seule Assemblée nationale. Minorité anglophone . Très largement francophone, le Cameroun comprend actuellement dix régions dont deux majoritairement anglophones, le Nord-Ouest (capitale : Bamenda) et le Sud-Ouest (capitale : Buea). Les anglophones représentent environ 20% des 23 millions d’habitants.AFP

 

5ème édition du festival Spot on Mali Music : La Maison des Jeunes abritera l’événement du 23 au 24 février prochain
La 5ème édition du festival Spot on Mali Music se tiendra du 23 au 24 février prochain à la Maison des Jeunes de Bamako. En prélude à cet événement, les organisateurs ont animé une conférence de presse le samedi 17 février à la Maison des Jeunes. C'était en présence du Directeur Général du festival Moussa Diallo et de l'Ambassadrice du Danemark au Mali, Winnie Petersen. D'entrée de jeu, le (...)
 

Évaluation du système pharmaceutique au Mali : Les acteurs en conclave pour partager les résultats de la mission
L'Hôtel Salam a servi de cadre hier jeudi 15 février pour l'atelier de restitution des résultats de la mission d'évaluation du système pharmaceutique au Mali. La cérémonie d'ouverture a été présidée par Dr Sango Fanta Sangho, Directrice adjointe de la DPM, non moins représentante du ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique. C'était en présence de M. Mustapha Hajjou, représentant de (...)
 

© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés