A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
En direct : violents combats devant le palais présidentiel burkinabè
Surfacturation dans les contrats d’armements et de l’avion d’IBK : le VGAL enfonce le clou, Soumeylou Boubéye charge le ministre Ben Barka
Fin de brouille entre Paris et Bamako : le général Gamou reçu à l’ambassade de France
Perspective d’un remaniement : des coups bas à profusion
L’UNTM lève son mot d’ordre de grève
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 

 

 
 

Projet de constitution burkinabé : le gouvernement abandonne

Des manifestants, plusieurs fois repoussés par les forces de l’ordre, ont réussi à pénétrer dans l’enceinte du Parlement où la situation reste confuse Lire

31-10-2014

En direct : violents combats devant le palais présidentiel burkinabè

 

Surfacturation dans les contrats d’armements et de l’avion d’IBK : le VGAL enfonce le clou, Soumeylou Boubéye charge le ministre Ben Barka

 
Les Echos | L'Indépendant | Le Républicain | Nouvel Horizon | Soir de Bamako | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | Le Flambeau |
 
Sur le fil de l'actualité...
Mise en place des instances de l’Assemblée nationale : la guerre des mastodontes
Untm - Gouvernement : coup d’essai, coup de maitre pour Katilé
Perspective d’un remaniement : des coups bas à profusion
Situation du pays
Les soldats français toujours “au contact” des jihadistes dans le nord du Mali
Un soldat français tué lors d’une offensive de la force Barkhane au Mali
Surfacturation du contrat d’armements militaires : Kagnassy, l’homme par qui tout le scandale arriva
Burkina Faso
Face-à-face entre armée et manifestants, la France appelle au “calme”
Plusieurs centaines de manifestants burkinabè faisaient face jeudi aux soldats de la garde présidentielle qui les tiennent à distance du palais présidentiel à Ouagadougou, a constaté jeudi l’AFP. Les manifestants, venus à moto ou à pied, sont bloqués à environ 500 mètres de Kosyam, le palais présidentiel, défendu par des soldats de la garde présidentielle dont certains ont effectué des tirs de sommation. La France a de son côté appelé à un "retour au calme" en demandant "à toutes les parties de faire preuve de retenue" alors que plus de 3.500 de ses ressortissants se trouvent actuellement sur le sol burkinabè. Le ministère des affaires étrangères a assuré suivre "avec beaucoup d’attention le déroulement des manifestations", déplorant "les violences dans et autour de l’Assemblée nationale", incendiée lors d’une manifestation d’opposition au président Blaise Compaoré. AFP
Soudan du Sud
Crainte d’une nouvelle escalade du conflit
La ville pétrolière de Bentiu, au Soudan du Sud, est le théâtre d’intenses combats depuis le début de la semaine, faisant craindre une nouvelle escalade du conflit et une aggravation de la crise humanitaire dans le jeune pays. Les inquiétudes sont d’autant plus grandes que la saison des pluies se termine. Les routes vont s’en trouver davantage praticables, et les mouvements de troupes et l’approvisionnement en armes plus faciles. Les hommes de l’ancien vice-président Riek Machar, qui affrontent les troupes fidèles au président Salva Kiir depuis qu’ils ont fait défection en décembre, ont commencé à attaquer les positions gouvernementales. Selon le ministre de la Défense Kuol Manyang, les combats ont fait de nombreux blessés et "certainement" des morts. Il a assuré que la ville était toujours sous "contrôle" de l’armée jeudi. Mais des travailleurs humanitaires, à l’extérieur de la ville, affirmaient toujours entendre échanges de tirs et explosions. Ces combats mettent fin à plusieurs mois de calme relatif à Bentiu, ville qui a plusieurs fois changé de mains depuis le début du conflit. La reprise des combats "accroît le risque de famine", a de son côté estimé l’ONG Care, dont le personnel, regroupé dans la base de l’ONU à Bentiu, a dû cesser le travail pour se mettre à l’abri alors que les combats se rapprochaient. AFP
Afrique du Sud
Léger reflux du chômage à 25,4 %
Une reprise de la création d’emplois dans le bâtiment en Afrique du Sud a permis un léger reflux du taux de chômage au troisième trimestre à 25,4%, selon des chiffres publiés jeudi par l’agence statistique sud-africaine Statssa. Le taux de chômage était de 25,5% à la fin du 2ème trimestre de cette année. Selon Statssa, l’Afrique du Sud, pays le plus industrialisé du continent, comptait 5,1 millions de chômeurs au 3ème trimestre (+5,5% comparé au 3ème trimestre 2013) auxquels il faut ajouter 2,5 millions de demandeurs d’emploi "découragés" qui ont renoncé à chercher un travail. Selon des économistes, le chômage réel atteint 40% des adultes, si l’on prend en compte les personnes qui ne font aucune démarche pour signaler leur situation. La population noire est toujours, et de loin, la plus affectée, en particulier les femmes avec un taux de chômage de 31,2 % au troisième trimestre, contre moins de 9% pour la minorité blanche, qui a souvent accès à une meilleure formation. L’Afrique du Sud souffre de longue date d’un chômage chronique que le ralentissement de l’activité observé lors de la récession de 2009 puis à partir de 2011 n’aide pas à résorber. Le budget des ménages est de plus entamé par une inflation d’environ 6%, et au troisième trimestre. AFP
Burkina Faso
Les manifestants contre la révision constitutionnelle saccagent l’Assemblée et prennent d’assaut la télévision
Plus d’un millier de manifestants ont réussi à pénétrer jeudi dans l’Assemblée nationale burkinabè à Ouagadougou et l’ont en partie saccagée, alors que les députés devaient voter dans la matinée une révision constitutionnelle controversée, a constaté l’AFP. Au moins trois voitures garées dans la cour et à l’extérieur du bâtiment ont été brûlées, tandis que du matériel informatique a été pillé et des documents en papier incendiés, selon un correspondant de l’AFP. Les forces de l’ordre, qui avaient commencé par tirer au gaz lacrymogène sur les manifestants, ont ensuite battu en retraite. Les manifestants ont également pris d’assaut la télévision nationale, dont le bâtiment se trouve à proximité de l’Assemblée nationale, qui a été saccagée le jour d’une révision constitutionnelle très controversée. Plusieurs centaines de personnes sont entrées vers 10H00 (locales et GMT) dans les locaux de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB), où ils ont pillé le matériel, caméras incluses, cassé des voitures mais n’ont pas touché au personnel. Les manifestants sont repartis sans avoir pu pénétrer dans les studios de la RTB, a constaté l’AFP. AFP
 

Lutte contre le virus Ebola au Mali : l’urgence du moment
Ça y est, le Mali connait depuis la semaine dernière son premier cas déclaré de malade à virus Ebola, et malheureusement son premier décès aussi. Une fillette de deux ans environ dont les parents seraient morts en Guinée (Kissidougou) de la même maladie, et qui fut ramenée au Mali par sa grand-mère vivant à Kayes. Partie en Guinée pour présenter ses condoléances, cette dernière est retournée (...)
 

Prévention de la fièvre Ebola : la Somika-Sa équipe le District sanitaire de Yanfolila
Pour appuyer ce District sanitaire dans la prévention de la fièvre hémorragique à virus Ebola, qui éprouve aujourd'hui l'Afrique de l'Ouest avec plus de 4 500 morts à la date du 16 octobre 2014, la Brigade de prévention du District sanitaire de Yanfolila (près de 245 km au Sud de Bamako, à la frontière avec la Guinée), vient de recevoir de la Société des mines d'or de Kalana (Somika-Sa) (...)
 

© 1999-2014 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés