A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l’arrivée de l’épidémie
Mody N’Diaye, à propos des scandales politiques et économiques : « Le gouvernement doit partir »
Achat du Boeing présidentiel : 20 milliards de FCFA à partager entre au moins 6 intervenants
Le général Gamou reçu par le conseiller militaire de l’ambassade de France, le MNLA au bord du désespoir
Les potins de la semaine/Sommet de la francophonie à Dakar : « Sous haute sécurité »
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 

 

 
 

Invité du Mois

Le président du groupe parlementaire VRD ne mâche pas ses mots concernant la gestion de l’État, minée par des scandales politiques et économiques répétitifs... Lire

24-10-2014

Mody N’Diaye, à propos des scandales politiques et économiques : « Le gouvernement doit partir »

 

Achat du Boeing présidentiel : 20 milliards de FCFA à partager entre au moins 6 intervenants

 
Les Echos | L'Indépendant | Le Républicain | Nouvel Horizon | Soir de Bamako | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | Le Flambeau |
 
Sur le fil de l'actualité...
Tension au sein du parti de l’abeille : un militant de l’Adéma réclame 350 millions à Dioncounda
Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l’arrivée de l’épidémie
L’administration des douanes et les objectifs de recettes : les gabelous en rangs serrés !
Situation du pays
Bamako : 70 établissements touristiques fermés pour irrégularité
Malversations autour de certains marches publics : le PG Daniel Tessougué demande l’ouverture d’une enquête préliminaire
Zones du Gourma et du Haoussa : des Djihadistes aperçus avec le drapeau du MNLA
Burkina Faso
Le Burkina saura le 30 octobre si Compaoré peut être candidat en 2015
Au Burkina Faso, le régime souhaite modifier l’article 37 de la Constitution, qui en l’état actuel interdit au chef de l’Etat de briguer un nouveau mandat. 98 députés sur 127 ont voté jeudi pour que ce projet de loi très controversé soit inscrit le 30 octobre à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, a déclaré le président de cette institution, Soungalo Apollinaire Ouattara. Selon le projet, le président du Faso sera "élu pour cinq ans" au "suffrage universel direct, égal et secret" et "rééligible deux fois" si le texte est voté, contre "une" actuellement. Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir à la suite d’un coup d’Etat en 1987, a déjà effectué 2 septennats (1992-2005). Il terminera fin 2015 son deuxième quinquennat (2005-2015). Les autorités ont pour l’instant évoqué la voie référendaire pour réviser la Constitution. Un vote à la majorité simple, avalisé par 64 députés, suffirait pour convoquer une consultation populaire. Le succès paraît garanti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti du prési- dent, disposant de 70 sièges au Parlement. Mais le pouvoir peut espérer ne pas avoir recours au référendum. Une révision constitutionnelle peut en effet aussi se faire par voie parlementaire. Dans ce cas, la majorité des trois-quarts est requise, soit 96 députés. Un total dépassé de deux voix ce jeudi. AFP
Sénégal
Inauguration du centre construit pour le sommet de la Francophonie
Le président sénégalais Macky Sall a inauguré jeudi à Diamniadio, près de Dakar, un centre international de conférence construit pour abriter le 15e sommet de la Francophonie, prévu fin novembre. "Avec les aménagements nécessaires à sa fonctionnalité (...), ce centre a mobilisé un investissement global de 57 milliards 875 millions de FCFA (près de 88,3 millions d’euros), dont 26 milliards de FCFA à peu près - plus précisément 25 milliards 987 millions de FCFA sur ressources propres du budget de l’Etat", a déclaré le président Sall lors d’une cérémonie retransmise à la télévision publique RTS1. Le montant global inclut "un prêt de 32 milliards de FCFA environ (près de 48,8 millions d’euros) accordés par la Turquie". Le vice-ministre de l’Economie, Adnan Yildirim, représentait son pays à la cérémonie. Le "CICD" a été construit sur une superficie de 20.000 m2, dont 14.000 de bâtiments. "Ce complexe futuriste, doté d’un amphithéâtre de 1.500 places, de plusieurs salles de réunion et d’autres commodités, dont une unité d’alimentation en énergie solaire, nécessite que le plus grand soin soit apporté à sa gestion et son entretien", a indiqué Macky Sall. Le chantier, qui a duré moins d’un an, a mobilisé "plus de 2.100 Sénégalais et Sénégalaises, tous corps de métiers confondus", a-t-il souligné. AFP
Ouganda
La dot alimente les violences conjugales
Pour pouvoir l’épouser, le fiancé de Rose Akurut a, comme il est d’usage en Ouganda, payé à la famille de sa promise une forte dot. Une coutume devenue un tribut ruineux qui transforme les femmes en bien et favorise la violence conjugale. Six mois après leur mariage, son mari a commencé à la battre régulièrement, au point de provoquer des saignements d’oreilles et des séquelles irréversibles. En la frappant, il hurlait "Mes vaches !". "Je pensais alors qu’il fallait que je supporte ça... Mais cela a atteint un niveau que je ne pouvais plus endurer", se souvient la jeune femme de 26 ans, qui a finalement fui chez ses parents, avec ses trois filles et ses deux fils, dans la région de Bukedea, à environ 250 km à l’est de Kampala. La mère de Rose, Anna Amiti, 50 ans, l’admet : si elle s’est réjouie des fiançailles de sa fille, c’est en raison de la dot. Les parents de Rose Akurut ont réclamé au fiancé 6 vaches, 4 chèvres et 400.000 shillings ougandais (environ 120 euros) pour la main de leur fille. "Nous lui avons dit +montre-nous que tu es capable de prendre soin d’elle+", se justifie le père de Rose, John Okodel, 66 ans, qui se rappelle avoir donné neuf vaches pour obtenir la main d’Anna. Une vache vaut des centaines de dollars et une chèvre plusieurs dizaines, dans un pays où le salaire mensuel moyen dans les zones rurales est d’environ 60 euros. AFP
Epidemie
Ebola : il faudra au moins quatre mois pour juguler, selon CICR
Il faudra au moins quatre mois pour juguler l’épidémie d’Ebola et cela même si toutes les mesures nécessaires sont prises, a déclaré mercredi le directeur général de la Croix-Rouge, qui a prévenu que "l’inaction" coûterait cher. S’exprimant lors d’un colloque à Pékin, le Sénégalais Elhadj As Sy a dressé une liste des actions qui doivent permettre de faire reculer la fièvre hémorragique, parmi lesquelles des "quarantaines correctement effectuées, des bonnes prises en charge des cas confirmés, des obsèques adaptées, sûres et dignes pour les personnes décédées". Pour tenir cet objectif, "nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour mobiliser nos ressources et nos capacités", a poursuivi Elhadj As Sy, qui a pris les rênes, l’été dernier, de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dont le siège est à Genève. Mais "il y a toujours un prix à payer pour l’inaction", a-t-il averti. Le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée représentent l’écrasante majorité des 9.200 cas d’Ebola signalés dans sept pays. A ce jour quelque 4.500 personnes ont perdu la vie, selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a toutefois reconnu que ces chiffres étaient sous-évalués. AFP.
 

Centre Soleil d’Afrique : une exposition d’œuvres d’art célèbre l’indépendance du Mali
Faites un tour par la salle d'exposition du Centre Soleil d'Afrique en zone ACI 2000. Vous serez émerveillé par le talent de trois jeunes artistes maliens : Souleymane Guindo, Daouda Traoré et Amadou Opa Bathily. En plus d'être talentueux, ils sont patriotes. Piqués dans leur amour propre au regard de ce qui arrive depuis quelques années à leur patrie, le Mali, ils ont décidé de se (...)
 

Prévention de la fièvre Ebola : la Somika-Sa équipe le District sanitaire de Yanfolila
Pour appuyer ce District sanitaire dans la prévention de la fièvre hémorragique à virus Ebola, qui éprouve aujourd'hui l'Afrique de l'Ouest avec plus de 4 500 morts à la date du 16 octobre 2014, la Brigade de prévention du District sanitaire de Yanfolila (près de 245 km au Sud de Bamako, à la frontière avec la Guinée), vient de recevoir de la Société des mines d'or de Kalana (Somika-Sa) (...)
 

© 1999-2014 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés