A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Le FMI invite Fily Sissoko, Mahamadou Camara, Ben Barka et Boubèye à rembourser l’argent volé au peuple malien
MINUSMA : un éclairage utile sur le mandat
Affaire des passations de marché et surfacturations : risque d’un mandat d’arrêt international contre le Général Dahirou Dembelé en déplacement en France
Interview/Moussa Mara : « Il n’y aura pas de prime à l’impunité » au Mali
29 milliards surfacturés : IBK peut-il lâcher les cerveaux de l’affaire ?
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 

 

 
 

Le PM évoque ses dossiers les plus urgents

Retour de l’État et de la sécurité dans le Nord, refonte territoriale et organisation des premières élections régionales (prévues en avril 2015), relations tendues avec le FMI... Lire

01-10-2014

Interview/Moussa Mara : « Il n’y aura pas de prime à l’impunité » au Mali

 

Le Premier ministre à Bruxelles : la Belgique et l’Europe font bon accueil à Moussa Mara

 
Les Echos | L'Indépendant | Le Républicain | Nouvel Horizon | Soir de Bamako | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | Le Flambeau |
 
Sur le fil de l'actualité...
Le MNLA et les groupes jihadistes s’apprêtent à prendre Aguelhock
Affaire des passations de marché et surfacturations : risque d’un mandat d’arrêt international contre le Général Dahirou Dembelé en déplacement en France
L’avenir politique au Mali : les premières vérités d’Alger
Situation du pays
Attentats au Nord-Mali : l’antidote viendra peut-être d’Alger
MINUSMA : un éclairage utile sur le mandat
Réunion spéciale de l’ONU sur le Mali : un soutien ferme aux négociations d’Alger
Côte d’Ivoire
La colère des étudiants face au manque d’équipement
A Abidjan, il y avait un parfum de gaz lacrymogènes lundi 29 septembre au matin sur le campus universitaire Houphouët-Boigny. Un millier d’étudiants en sciences physiques et chimie ont fait part de leur mécontentement concernant le peu d’équipement dont ils disposent pour achever leur cursus. D’après les étudiants, cela fait deux ans que leurs travaux pratiques se déroulent en théorie faute de matériel. Excédés, ils sont allés faire part de leurs doléances à la présidence de l’université, mais ont été accueillis par les gaz lacrymogènes des policiers sur place au campus. Peu après, c’est donc dans un amphithéâtre surchauffé qu’ils se sont retrouvés avec une partie de la direction de l’université pour tenter de trouver une solution. « On nous a fait plusieurs promesses qui n’ont pas été respectées et nous pensons que trop c’est trop. Nous n’avons pas voulu que cette année ça se répète », explique Ignace Tegbeu, étudiant en master de sciences physiques. Malgré les tentatives de médiation du directeur adjoint de l’université, du conseiller du président Ouattara pour la formation et l’éducation et deux doyens en sciences, les étudiants ont décidé de se mettre en grève jusqu’à la semaine prochaine. RFI
Niger
Mandat d’arrêt contre le président du Parlement en fuite
Un mandat d’arrêt a été émis à l’encontre du président du Parlement nigérien Hama Amadou, en fuite en France après avoir été mis en cause dans un trafic international de bébés. "Le juge d’instruction a délivré un mandat d’arrêt" vendredi contre Hama Amadou, a dit Me Souley Oumarou, l’un de ses avocats. Mossi Boubacar, autre avocat du président de l’Assemblée nationale, a précisé "qu’il ne (s’agissait) pour le moment que d’un mandat d’arrêt national". La mandat a été émis par le doyen des juges d’instruction pour "entendre Hama Amadou dans l’affaire +des bébés importés+ du Nigeria", a déclaré une source judiciaire. Le président du Parlement s’est enfui le 27 août au Burkina Faso, après l’autorisation par ses pairs de son audition par la justice. Dix-sept personnes, dont 12 femmes, parmi lesquelles l’une de ses épouses, ont été inculpées fin juin de "supposition d’enfant" (un délit qui consiste à attribuer la maternité d’un enfant à une femme qui ne l’a pas mis au monde), "faux et usage de faux" et "déclaration mensongère" puis écrouées. Hama Amadou s’est rendu en Belgique, puis en France, d’où il demandait qu’un mandat d’arrêt international soit lancé contre lui afin que la justice française puisse se saisir de son cas. AFP
Afrique
Ebola : chanteurs et dessinateurs se mobilisent
Le virus n’a pas de frontières, insiste le rappeur sénégalais Xuman dans "Ebola est là", une parodie du tube "Umbrella" de la chanteuse barbadienne Rihanna et du rappeur américain Jay-Z sortie après la découverte, en août, du premier cas d’Ebola au Sénégal. "La maladie était chez nos voisins, libériens ou guinéens. On croyait que c’était au loin, qu’on n’avait pas à s’inquiéter, mais [...] même si la frontière a été fermée, malgré tout ça elle est quand même arrivée", prévient-il dans le clip. La fièvre hémorragique qui a tué plus de 3.000 personnes depuis le début de l’année a commencé en Guinée avant de frapper ensuite surtout le Liberia et la Sierra Leone voisins. Plusieurs chansons et dessins rappellent les symptômes de la maladie (fièvre, saignements, diarrhée, vomissements, toux...) ainsi que les modes de transmission (contact avec les secrétions corporelles des malades ou des morts). Parfois très rythmés, les morceaux, pour certains regardés plus de 15.000 fois sur YouTube, plaident pour le lavage des mains - une des mesures phares de prévention. "Lave-toi toujours les mains avec du savon et de l’eau", martèle John Allu - du Nigeria, où Ebola a tué huit personnes - dans "Stop Ebola Virus Campaign Song". AFP
Afrique du Sud
Report du procès de Julius Malema
Le procès pour corruption de Julius Malema a été reporté mardi au 3 août 2015 après une audience éclair mardi à Polokwane (nord) où une foule de sympathisants du jeune leader populiste était venue lui apporter son soutien. Accusé de s’être enrichi lors d’un appel d’offre provincial truqué pour l’entretien des routes du Limpopo, Malema est ressorti du tribunal pour haranguer ses supporters, rassemblés dans la ville depuis la veille, sous haute surveillance policière. Il a juste eu le temps de se lever pour saluer le juge, s’asseoir sans dire un mot, avant que le parquet ne demande le report, accordé par le juge. Le parquet a expliqué que certains avocats n’étaient pas disponibles. Julius Malema, 33 ans, qui se fait appeler "Commandant en chef" et porte du rouge et un bérêt de guérillero depuis qu’il a fondé son parti des "Combattants pour la liberté économique" (EFF) en 2013, est accusé de corruption, racket et blanchiment dans cette affaire remontant à 2009. L’acte d’accusation fait état d’une pyramide de sociétés écrans associant Malema, comme actionnaire indirect, à l’entreprise qui avait été choisie pour la réfection des routes du Limpopo avant même la parution de l’appel d’offre. La province était à l’époque dirigée par des amis politiques de Malema. AFP
 

Concours de beauté : Saran Sissoko élue miss XXL 2014 de la BRAMALI
Le palais de la culture a abrité, le vendredi 26 septembre 2014, la grande finale de Miss XXXL. Elle était organisée par la société de brasserie du Mali (BRAMALI) en collaboration avec la radio Guintan et la radio Djèkafo. Le concept de ce concours de beauté fait allusion au nom de la marque de la boisson énergisante produite par la société. Durant des mois, elles étaient nombreuses à (...)
 

9ème session du Conseil d’administration de la CANAM : l’espoir renait autour de l’AMO
L'Assurance Maladie Obligatoire (AMO) a fait l'objet de vives contestations au sein des populations maliennes. Cette époque semble révolue à la Caisse nationale d'assurance maladie (CANAM), avec l'arrivée d'Ankouodio Luc Togo, à sa tête, lui qui est la tête pensante de l'AMO. Aujourd'hui, les travailleurs semblent avoir compris la pertinence de cette politique sociale et se bousculent pour (...)
 

© 1999-2014 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés