Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Vol AH5017 de l’avion d’Air Algérie : la thèse du crash se confirme, 116 personnes étaient à bord
Côte d’Ivoire : sale temps pour le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara
Le nettoyage continue au ministère de l’Education
Chienlit dans le nord du Mali : le message fort de la France au Mnla
Signature enfin de l’Accord de défense Mali-France : où résidaient les blocages ?
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 

 

 
 

Dialogue inter-maliens : Signature finale prévue en octobre

Après d’âpres tractations, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la “cessation des hostilités.”... Lire

25-07-2014

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une “feuille de route” pour la paix

 

Crash Air Algérie : la météo est “ l’hypothèse la plus probable”

 
Les Echos | L'Indépendant | Le Républicain | Nouvel Horizon | Soir de Bamako | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | Le Flambeau |
 
Sur le fil de l'actualité...
Crash d’un avion d’Air Algérie au nord du pays : le gouvernement met en place une cellule de crise
Affaire des berets rouges : le capitaine Sanogo jugé avant la fin de l’année
Crash d’Air Algérie : aucun survivant, des soldats français sur les lieux du crash
Situation du pays
Sortie de crise : quand IBK tente de revenir un président “normal”
Concertations entre autorités maliennes et groupes armés : la marche inéluctable vers la paix durable
Pr. Younous Hameye Dicko : « Cet accord doit corriger les erreurs de l’Accord d’Alger de 2006 qui est à la base de tout ce désastre »
Algérie
Crash du vol d’Air Algérie : le long silence des autorités
À Alger, les informations concernant le crash du vol AH 5017 d’Air Algérie ont été délivrées par les autorités au compte-gouttes. L’attente a été longue, ce jeudi 24 juillet, pour les proches des victimes, avant que le ministre des Transports n’annonce enfin, dans la nuit, que l’avion s’était écrasé en territoire malien. Ce n’est qu’en milieu de journée qu’une première voix officielle se fait entendre. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, interrogé à la sortie du Parlement, confirme qu’un avion a disparu au dessus de la région de Gao. Il faut attendre encore plusieurs heures pour qu’un cadre de la compagnie aérienne donne le détail des nationalités des passagers. Mais c’est grâce aux réseaux sociaux que l’on sait que deux membres de la compagnie aérienne, un commandant de bord et un chef de cabine, sont à bord de cet avion. En début de soirée, les journalistes sont invités à entrer dans la salle de la cellule de crise. Assis, le ministre des Transports Amar Ghoul est entouré de cartes où est coloriée la zone de Gao. Lorsqu’il prend la parole, le ministre refuse de parler de crash. Il explique que l’armée algérienne a été envoyée sur le terrain pour aider aux recherches. Ce n’est que dans la nuit que le ministre des Affaires étrangères déclare : « Nous pouvons confirmer que l’avion s’est écrasé en territoire malien ». RFI
Soudan
La chrétienne accusée d’apostasie a rencontré le pape
Meriam Yahia Ibrahim Ishag a foulé le sol italien jeudi matin. La Soudanaise, âgée de 27 ans, qui avait été condamnée dans son pays à cent coups de fouet pour adultère, et condamnée à mort par pendaison pour apostasie, était accompagnée de sa famille - dont ses 2 jeunes enfants - et du vice-ministre italien des Affaires étrangères, Lapo Pistelli. Elle a été accueillie à sa descente d’avion par le Président du conseil italien. « Aujourd’hui est un jour de fête », a déclaré Matteo Renzi. Lapo Pistelli, lui, parle d’une « mission accomplie » pour l’Italie. Peu après, elle a été reçue avec son mari et ses deux enfants en audience au Vatican par le pape François. « Le pape l’a remerciée pour avoir témoigné de sa foi, et a voulu montrer un signe de solidarité à tous ceux qui souffrent pour leur foi », a déclaré le porte-parole du Vatican Federico Lombardi. La rencontre a duré environ une demi-heure. Les autorités soudanaises n’ont fait aucun commentaire de leur côté. Depuis sa libération fin juin, la jeune femme avait trouvé refuge à l’ambassade des Etats-Unis. Très impliqué dans le dossier - le mari de Meriam a la nationalité américaine -, Washington avait affirmé faire tout le nécessaire pour faire venir la Soudanaise et toute sa famille sur son sol. La famille passera quelques jours à Rome avant de s’envoler pour les Etats-Unis. RFI
RCA
Les partis non représentés à Brazzaville méfiants sur l’accord
« Brazzaville est un grand succès », estime Smail Chergui, le conseiller Paix et sécurité de l’Union africaine. Il souligne que l’accord s’agit de la première étape d’un processus dont les grandes lignes avaient été jetées lors de la réunion du groupe de contact à Addis-Abeba, et en marge du sommet de l’Union africaine à Malabo, fin juin. Des rencontres devraient bientôt se tenir dans toutes les préfectures, « qui vont permettre à la population centrafricaine de s’exprimer ». Puis, un « dialogue politique national » devrait se tenir. En attendant ces échéances, le conseiller de l’Union africaine estime que la balle est dans le camp du gouvernement. Autre réaction plutôt optimiste : celle de l’Union pour le renouveau centrafricain (URCA), représenté à Brazzaville par son président, l’ancien Premier ministre Anicet Georges Dologuélé. Cet optimisme n’est pas partagé par les partis qui n’étaient pas à Brazzaville. « Le sommet a été mal préparé », juge Joachim Rainaldy Sioké, le premier vice-président du Rassemblement démocratique centrafricain (RDC). Il estime qu’il aurait fallu aborder les grandes questions - « l’unité du pays ou la partition du pays, la question de l’amnistie, la question de la refondation de l’Etat » - avant d’aller négocier la cessation des hostilités. RFI
Burkina Faso
Crash du vol Air Algérie : le Burkina en deuil
Un deuil national de quarante-huit heures a été décrété au Burkina à la mémoire des 118 victimes du vol AH 5017 d’Air Algérie, parmi lesquels 28 Burkinabè. Alors que les hommes du général Gilbert Diendere, le président de la cellule de crise à Ouagadougou, poursuivent leurs investigations, les familles des passagers attendent que la lumière soit faite sur les « circonstances réelles » du crash. Le décret a été signé par le président Blaise Compaoré. « C’est la première fois que le pays est confronté à une telle crise, nous sommes un peu ébranlé, mais gardons foi » a déclaré le ministre de la Communication face aux parents des victimes, jeudi. Jérôme Bougouma, ministre burkinabè de la Sécurité, a porté à la connaissance des familles l’information sur l’épave de l’appareil. Des numéros verts ont été mis en place pour aider les familles des victimes. Toutes les personnes concernées sont invitées en rentrer en contact avec la cellule de crise. Sur les circonstances de la disparition et du crash de l’avion, le Premier ministre burkinabè demande qu’il n’y ait pas de « polémiques inutiles » et que le Burkina Faso va participer à toutes les missions d’enquête qui seront mises en place. On attend toujours les informations complémentaires des hommes du général Gilbert Diendere sur le sort des passagers. RFI
 

Nord du Mali : Tombouctou entre vestiges et vertiges
Dix-huit mois après sa libération du joug djihadiste, la "Cité des 333 saints", mondialement connue pour ses mosquées, ses mausolées et ses manuscrits, peine encore à panser ses plaies. Appelons-la Jolie, puisque ce prénom d'emprunt lui plaît tant et lui sied si bien. La rencontre a lieu à la nuit tombée, peu après la rupture du jeûne du ramadan, dans un bureau anonyme cerné de dunes. Elle a (...)
 

Épidémie de fièvre hémoragique à virus Ébola : les consignes de l’Ooas aux pays
Déclarée depuis le mois de février dans trois pays de l'Afrique de l'Ouest, l'épidémie de fièvre Ebola constitue jusque-là une des préoccupations majeures du monde de la santé. Consciente de l'ampleur de la menace que constitue cette maladie, l'Organisation Ouest-Africaine de la Santé (Ooas) édicte pour les pays les consignes à suivre. Il s'agit de : renforcement des mécanismes de (...)
 

© 1999-2014 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés