A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Focus/Les dessous de la démission du ministre de l’Economie et des Finances Mamadou Igor Diarra
L’ancien président Malien, Amadou Toumani Touré, auditionné par la Dic
13ème conférence nationale : l’Adema sauve les apparences en attendant le congrès
Ravitaillement en nourriture des contingents de la MINUSMA : une dizaine d’entreprises maliennes prêtes à attaquer Ecolog International devant la justice pour non-paiement de factures
Le Mali, dans les griffes d’AQMI : comment la France prépare l’indépendance de l’Azawad
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Liste noire des terroristes

Iyad peut encore vadrouiller aussi longtemps que la législation malienne restera taciturne sur son cas. Le Mali ne disposerait pas encore de textes législatifs lui permettant de geler les avoirs d’un citoyen...

Lire

31-03-2015

Nord Mali : les biens d’Iyad Ag Ghali bientôt gelés

 

13ème conférence nationale : l’Adema sauve les apparences en attendant le congrès

 
Les Echos | L'Indépendant | Le Républicain | Nouvel Horizon | Soir de Bamako | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | Le Flambeau |
 
Sur le fil de l'actualité...
Mali : le Mujao revendique l’attaque d’un camion du CICR
Des Maliens expulsés de Guinée équatoriale
Festival de l’Inter-fleuve : “PPR” transporte la voix de l’opposition jusqu’à Saye
Situation du pays
Mme N’diaye Ramatoulaye Diallo : un ministre qui fuit les événements culturels
Bruit de bottes à la frontière mauritanienne : la CMA s’apprête à passer à l’offensive
Paraphe du préaccord d’Alger : “Azawad,” ce nom que les Nordistes détestent
Nigeria
Elections : tensions dans l’Etat pétrolier de Rivers

Les Nigérians étaient mobilisés tout au long du week-end pour leurs nouveaux sénateurs et députés, et surtout un nouveau président. Tout se joue entre deux personnalités : Goodluck Jonathan, le président sortant, et Muhammadu Buhari, qui conduit une vaste coalition de l’opposition. Un gouverneur qui échappe de peu à une fusillade, de vives altercations entre civils dans un centre de vote, des manifestations le long des rues de Port Harcourt... Cette fin de semaine, dans plusieurs villes de l’Etat de Rivers, l’atmosphère était électrique. La tension est à son comble dans cette zone pétrolifère. L’Etat de Rivers est la région d’origine de la Première dame, qui tente de maintenir ses assises -et celles de Goodluck Jonathan- face à la défection de militants locaux au profit du APC, la coalition de Muhammadu Buhari. Dans un tel contexte, la moindre anomalie est source de polémique. Lorsque des dysfonctionnements ont été décelés dans l’enregistrement des électeurs ce samedi, le gouverneur Rotimi Amaechi, mais aussi un sénateur pro-Buhari, sont montés au créneau pour demander l’annulation du scrutin dans cet Etat. RFI

Sierra Leone
Ebola : levée de la mesure de confinement

La Sierra-Léone a annoncé dimanche soir la levée du confinement imposé pendant trois jours à toute la population, pour la deuxième fois en six mois, pour couper les chaînes de transmission du virus Ebola dans leur pays. Le confinement a pris fin comme prévu à 18H00 (locales et GMT), l’opération "s’est bien passée et nous sommes heureux" du bon accueil fait par la population, a déclaré à l’AFP Obi Sesay, membre de la cellule de crise du Centre national de lutte contre Ebola (Nerc). Le bilan officiel des trois jours d’isolement devrait être publié mardi, selon le Nerc. A l’exception des acteurs de la santé - dont 26.000 volontaires - et des forces de sécurité, les quelque six millions de Sierra-Léonais ont été contraints de rester chez eux depuis vendredi 06H00 et jusqu’à ce dimanche 18H00, en vertu de cette mesure d’isolement décidée par le président Ernest Bai Koroma. Des allègements de restriction ont cependant été observés pour quelques heures vendredi, pour permettre aux musulmans - majoritaires dans le pays - de se rendre à la mosquée pour la grande prière hebdomadaire, ainsi que dimanche, pour permettre aux chrétiens d’aller à l’église pour la fête des Rameaux. AFP

Tunisie
Le chef d’Aqmi tué par les forces armées

L’enquête sur l’attentat du Bardo se poursuit. Un responsable du ministère de l’Intérieur a indiqué dimanche 29 mars que neuf islamistes avaient été tués par les forces tunisiennes. Ces personnes sont fichées comme étant parmi les plus dangereux terroristes du pays. Parmi elles, on retrouve Loqman Abou Sakhr. Ce combattant d’une trentaine d’années était l’émir de la brigade tunisienne d’Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique) baptisée Okba ibn Nafa du nom du fondateur de la mosquée de Kairouan, chef militaire et propagateur de l’islam au VIIème siècle. Avec huit autres jihadistes, Loqman Abou Sakhr a été tué dans une zone montagneuse du gouvernorat de Gafsa, dans le sud de la Tunisie, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière algérienne. Depuis plus de deux ans, sa brigade inflige des dizaines de morts à l’armée tunisienne avec des mines artisanales, des accrochages et parfois des opérations spectaculaires en ville comme le mitraillage de la maison du ministre de l’Intérieur à Kasserine ou l’égorgement d’une dizaine de soldats sur le mont Chambi, à la frontière algérienne, en juillet 2013. RFI

Tunisie
Tourisme : les réserva- tions en chute de 60%

Les réservations pour la Tunisie sont en baisse de 60%, depuis le 18 mars et l’attentat du Bardo à Tunis, dans les agences de voyage en France. "Le tourisme a été atteint par l’attentat du Bardo", reconnaît Jean-Pierre Mas, président du Syndicat national des agents de voyages (SNAV) dans une déclaration à l’AFP. "Même si le nombre de demandes de rapatriement a été insignifiant et celui des annulations, reports, ou changements de destination est demeuré faible, les réservations sont, depuis le 18 mars, en forte baisse :-60% par rapport à la même période de 2014", poursuit-il. Les organisateurs de croisières ont suspendu sine die les escales en Tunisie. Cette chute est d’autant plus importante, souligne-t-il, qu’"on assistait avant l’attentat du Bardo à une reprise sensible de la Tunisie pour le printemps et l’été". Jean-Pierre Mas reconnaît que tout en étant "solidaires de la Tunisie", il apparaît plus facile "d’acheter Charlie Hebdo que de réserver ses vacances en Tunisie, ce n’est pas le même prix, ce n’est pas le même engagement". "Il n’en demeure pas moins que la façon la plus efficace d’exprimer sa solidarité avec la Tunisie c’est d’aller en Tunisie", conclut-il. AFP

 

3ème édition du Festival de Woroni : les vestiges du pays senoufo dévoilés
Pour la troisième fois consécutive, le cercle de Kadiolo vient de vibrer, les 27 au 28 février derniers, au rythme du Festival Artistique et Culturel de Woroni (FESCAWO). Pour l'occasion, les populations de Woroni et environs avaient mis les petits plats dans les grands pour réserver un accueil chaleureux et populaire au parrain de l'événement, l'honorable Yacouba Traoré et à ses invités (...)
 

Écoles privées de santé : un point de chute favori pour les recalés du DEF et du BAC
De nos jours, la quasi-totalité, des candidats recalés du DEF ou du Baccalauréat, a comme point de chute favori les établissements scolaires privés de santé. Une situation qui n'est pas sans conséquence sur la santé publique n'est pas agent de santé qui le veut. A Bamako comme dans les capitales régionales, les établissements scolaires privés de santé foisonnent comme du champignon. A Bamako (...)
 

© 1999-2014 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés