A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Pourparlers d’Alger : lenteur dans les discussions
Assemblée nationale : demande de libération d’un député en détention préventive
Carnet secret : comment SBM a mis IBK dans le sac !
Sahel : un sanctuaire du crime organisé
Justice : un député en garde à vous au Camp I
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 

 

 
 

Débat houleux entre députés, le député sous mandat de dépôt

L’Assemblée national du Mali a déploré ce jeudi 27 novembre la détention d’un député qui se trouve en détention préventive au camp I de la gendarmerie de Bamako et exigé sa « libration immédiate »...

Lire

28-11-2014

Assemblée nationale : demande de libération d’un député en détention préventive

 

Carnet secret : comment SBM a mis IBK dans le sac !

 
Les Echos | L'Indépendant | Le Républicain | Nouvel Horizon | Soir de Bamako | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | Le Flambeau |
 
Sur le fil de l'actualité...
Fermeture de la frontière avec la guinée : le gouvernement répond à l’opposition
Vagues de mutations et nominations au sein de la justice : les non-dits
Climat tendu au GMS : les policiers et le DG Kansaye à couteaux tirés
Situation du pays
Dialogue inter-malien dans le cadre du Processus d’Alger : communiqué de la Médiation
Dégradation de la situation sécuritaire au nord : un cinglant camouflet pour la MINUSMA et BARKHANE
Cercle de Bourem : un véhicule saute sur une mine faisant 2 morts et 5 blessés
RDC
Après les massacres près de Beni, l’armée fouille des villages

L’armée congolaise fouillait mercredi matin des villages des environs de Beni, dans l’est de la RDC, à la recherche de suspects après les massacres ayant ensanglanté cette région. L’armée avait déjà arrêté lundi "34 hommes armés et 10 civils", écrit la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) sur son compte Twitter, notant que les FARDC ont également "récupéré 24 armes de guerre dans le territoire de Beni en proie aux rebelles ougandais des ADF" (Forces démocratiques alliées). Cette opération vise à "déférer devant la justice" les responsables de la succession de tueries à l’arme blanche qui ont coûté la vie à plus de 200 personnes depuis octobre dans la ville de Beni et environs. La ville est située dans le nord du Nord-Kivu, à environ 250 km au nord de Goma, la capitale de cette province déchirée par les conflits armés depuis plus de 20 ans. Selon des élus locaux, les FARDC ont notamment bouclé depuis plusieurs jours la zone des villages où une centaine de personnes avaient été tuées jeudi. Le gouverne- ment, l’ONU et plusieurs experts et diplomates imputent aux ADF la responsabilité des récents massacres de civils dans cette région. AFP

Burkina Faso
24 morts dans les émeutes contre Compaoré fin octobre

Vingt-quatre personnes sont mortes et 625 ont été blessées au Burkina Faso fin octobre dans les émeutes qui ont provoqué la chute du président Blaise Compaoré, a annoncé mercredi un comité d’experts désigné par le nouveau Premier ministre burkinabè. Ce bilan est le premier présenté officiel- lement près d’un mois après les violences du 30 et 31 octobre. Parmi les morts, 19 ont péri du fait de "complications de blessure par balle", "noyade", "asphyxie", "complications de trauma- tisme et de brûlure grave", a précisé Clarisse Mérindol-Ouoba, chercheuse à l’université de Ouagadou- gou et présidente du comité. Les 5 autres morts sont des prisonniers décédés à la prison de Ouagadougou, dont trois avaient tenté de s’évader. Les émeutes ont également eu "d’importantes consé- quences matérielles", avec 14 bâtiments publics endommagés ou détruits. Plus de 260 cas d’"atteintes aux biens privés", de diverses natures ont été dénombrés, dont des biens "appartenant" ou "confiés en gestion" à des personnalités considérés comme proches de l’ancien pouvoir, ou des commerces tenus par "de simples citoyens" pillés. AFP

Tunisie
Présidentielle “pluraliste et transparente”

La première élection présidentielle en Tunisie depuis la révolution de 2011 a été "pluraliste et transparente", a déclaré mardi la chef de la mission d’observation électorale de l’Union européenne, Annemie Neyts-Uyttebroeck. "L’exercice des libertés d’expression et de rassemblement a été garanti", a-t-elle souligné devant la presse à Tunis, jugeant par ailleurs le scrutin "crédible". Selon les premières estimations, un deuxième tour opposera en décembre le chef de l’Etat sortant Moncef Marzouki au favori, Béji Caïd Essebsi, chef du parti anti-islamiste Nidaa Tounès qui a remporté les législatives d’octobre. La Tunisie depuis son indépendance en 1956 n’avait jamais connu de scrutins présidentiels démocratiques, les précédents présidents, Habib Bourguiba et Zine El Abidine Ben Ali, renversé par la révolution de 2011, ayant usé du plébiscite ou de falsifications pour se faire réélire avec des scores dépassant les 90% des voix. M. Marzouki avait pour sa part été élu fin 2011 par l’Assemblée nationale constituante à la faveur d’un accord de coalition avec les islamistes d’Ennahda alors majoritaires. AFP

Niger
Amadou Salifou élu président du Parlement

Amadou Salifou, âgé de 68 ans, ancien banquier et assureur, est un député dissident du Mouvement national pour la société de développement (MNSD). Par le passé, il a eu à deux reprises à présider aux destinées de la ville de Niamey et, à trois reprises, il a été élu député. Amadou Salifou est ainsi élu au perchoir avec 71 voix favorables, les 42 députés de l’opposition ayant choisi le boycott après avoir tout essayé jusqu’au dépôt de motion de censure pour tenter de bloquer les opérations de vote, en vain. Ils se sont ensuite donné en spectacle dans l’hémicycle, allant jusqu’à confisquer et jeter par terre les urnes prévues pour la circonstance, ce que le député de l’opposition, Boubacar Mossi, a appelé « la révolte des députés » pour montrer leur désapprobation. A plusieurs reprises, les députés ont failli venir aux poings. Avec ce président élu avec une majorité confortable de voix, la page de Hama Amadou à l’Assemblée nationale est définitivement tournée. La vacance du poste de président constatée par la Cour constitutionnelle met ainsi fin à plusieurs semaines de bataille juridique menée par les députés de l’opposition. RFI

 

Droit d’auteur au Mali : les artistes sont très fâchés contre le patronat
Les artistes maliens sont désormais sur pied de guerre contre le patronat. Ils l'ont fait savoir au cours d'une conférence de presse, animée par le président de la Fédération des artistes du Mali (FEDAMA) Amadou Bagayoko, l'un des artistes-musiciens du célèbre couple aveugle, Amadou et Mariam. Il avait à ses côtés le réalisateur, Mbaye Boubacar Diarra. Les artistes reprochent au patronat (...)
 

Consultations spécialisées : le casse tête de l’accès limité
Les malades pointent le manque d'implication, les spécialistes insistent sur le respect des règles de l'art. Jugements croisés sur un problème qui prend de l'ampleur « La liste est close, revenez demain ». Telle est la formule consacrée qui sonne de manière extrêmement désagréable aux oreilles des malades. Lesquels ne cachent pas leur conviction d'être ostracisés. Cette formule symbolise à (...)
 

© 1999-2014 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés